• fr
  • en

Blog

Les Felletinades 2019, c’était…

9 janvier 2020 -

Après notre descente annuelle en mode « commando textile » aux Journées de la Laine à Felletin du 25 au 28 octobre, Marion m’a envoyé ce texte que je vous livre ci-dessous. Notre folle équipe était constituée de Pierrette, Marion, Catherine, Claude, Hélène, Hélène, Jean Yves, Salomé, Petra et moi.

« Des GPS et un ciel bleu, de la bière et des tartinades, des paysages splendides et du rose, des conversations sur l’état du monde et sur la tapisserie, des creusois et des vaches…

Et aussi, on l’aurait presque oublié ! De la LAINE.

La folle équipée a pris la route un vendredi matin de bonne heure pour certaines, a rempli on ne sait trop comment un coffre et une voiture à ras bord ; démarré sur les chapeaux de roue ; traversé la forêt de part en part, finement guidé par Betty armée de sa carte ; pour se retrouver face aux vert vallons creusois… : que c’était beau (extase esthétique de Marion pendant ces trois jours) !

Une fin de marché à Felletin et un pique-nique improvisé au Grand Café plus tard, et nous voilà parties à déambuler dans les rues joliment vallonnées. C’est maintenant qu’il faut dire, peut-être, que tout ne sera pas raconté ici, tant il y avait à voir et à faire : les journées de la laine, c’est un peu le second paradis des tisserandes, après l’atelier de Betty, évidemment.

Il y a eu la visite de la manufacture Pinton, une entreprise familiale solidement ancrée dans son territoire ; où, après être entrées sans payer et en retard (même pas peur[1]) nous nous sommes régalées. Des lissières qui nous ont partagé un bout de leur quotidien ; la découverte du processus de fabrication des tapis tuftés ; les ateliers et les œuvres exposées.

Visite de l'entreprise Pinton, la tapisserie à Felletin

Visite de l’entreprise Pinton, l’entreprise de tapisserie de Felletin

 

Il y a eu la descente à Néolice, qui revisite le travail du fil pour aboutir à une production résolument moderne ; des gens charmants pour nous y guider, un atelier doté d’un métier à tisser tout à fait impressionnant – et passionnant !

Néolice, une entreprise de tapisserie sur métier Jacquard

Néolice, une entreprise de tapisserie sur métier Jacquard

 

Il y a aussi eu pour certaines, une conférence sur les teintures végétales, un stage de tapisserie d’Aubusson, la découverte de la Cité de la tapisserie ; d’autres visites encore.

Il y a eu des déambulations longues et heureuses au sein du salon des exposants. Que de belles choses et jolies rencontres …! Et puis quelques sacs d’emplettes plus tard (écoresponsables les emplettes, ça ne compte presque pas), on se raisonne, pour certaines, que nous ne nommerons pas : acheter une remorque pour rentrer dans le Chinonais n’est pas envisageable.

Mais… Il y a eu également la visite chez Fonty. D’ailleurs, la route pour s’y rendre nous permet de voir au loin le massif de Sancy, et de perdre son regard, encore, dans les forêts de résineux, les bocages et les vallons du pays Creusois. On y croise aussi décidément beaucoup de vaches. Et encore des vaches. Et à Fonty, de la laine, beaucoup de laine, énormément de laine. Des machines encore : on lève le rideau sur une des rares filatures françaises. Et puis finalement, on en revient encore avec des sacs, mais c’est toujours écoresponsable. Et rose pour Salomé (où l’on s’aperçoit qu’il existe une sacrée quantité de nuances de rose).

On l’a dit plus haut, tout ne sera pas raconté.

D’abord parce que certaines choses doivent être passées sous silence. Comme ce GPS décidément farceur qui remmène un soir la voiture d’Hélène à Fonty, au lieu du gîte (directions absolument opposées et plutôt éloignées). Et comme tout le monde discutait dans ce véhicule, il a fallu un certain temps avant d’opérer le demi-tour. Mais tant mieux : ça fait ensuite une anecdote à (ne pas) raconter !

ARTissage, une équipe heureuse aux jounrées de la laine

ARTissage, une équipe heureuse aux journées de la laine

 

Ensuite et surtout, c’est qu’il y a des choses qu’on ne doit pas forcément mettre en mots, parce que c’est la vie en somme, pas parfaite, un peu rugueuse des fois, mais sacrément agréable tout de même. C’est donc un feu dans le poêle, une grande tablée, des soirées à tricoter et discuter. Des verres échangés, des repas partagés ; des rencontres et des affinités qui se créent. Et puis c’est aussi, tout à la fin, le plaisir de rentrer chez soi en se disant qu’on y retournerait bien l’année prochaine !

[1]Même si c’est moins drôle, j’avoue tout de même : le retard n’était pas de notre fait, et nous avons payé à la fin de la visite. Nous sommes délurées, mais pas trop. »

Marion, ARTisserande et addict de la laine

 

Marion au stage de tapisserie

Marion au stage de tapisserie organisé par Lainamac, aux Journées de la Laine