• fr
  • en

Blog

Musée Bargoin à Clermont Ferrand

L’art textile en France : quelques expositions visitées cet été…

3 septembre 2015 -

L’été m’a permis de voyager dans le centre de la France et de savourer quelques expositions textiles… Un grand luxe !

Direction Moulins, où le Centre National des Costumes de Scènes est désormais une destination incontournable. Comment négliger ce lieu où rêver devient le maître mot ? Les costumes de l’Opéra Comiques étaient mis en valeur par la remarquable mise en scène de Macha Makeïeff et la visite guidée n’a pas cessé de faire voyager dans le temps, parfois même sur une scène d’opéra…

1431017483_opéra-moulins

Cette exposition a été prolongée jusqu’au 6 septembre, et a permis à de nombreux visiteurs de découvrir l’Opéra Comique en compagnie des héroïnes qui ont marqué son histoire : Guillietta des contes d’Hoffmann d’Hoffenbach, Manon de Massenet, Ciboulette de Reynaldo Hahn ou Carmen de Bizet… Naissant en  premier lieu dans les foires parisiennes, sous le règne de Louis XIV, l’Opéra Comique, où les morceaux chantés s’intègrent à du théâtre parlé, se joue ensuite dans le Théâtre national de l’Opéra-Comique, aussi appelé “salle Favart”. Avec cette exposition, le Centre National du Costume de Scène dévoile ses plus anciens costumes, dont certains n’avaient jusqu’alors jamais été exposés. À partir du 3 octobre 2015, une exposition dédiée à la carrière d’Angelin Preljocaj,  à l’occasion du 30e anniversaire de sa compagnie de danse.

J’ai continué par la visite du Musée Bargoin à Clermont-Ferrand, un autre lieu devenu presque mythique tant chaque exposition y est de grande qualité. Cette fois encore, j’ai été charmée et émue par l’exposition “Indigo, vêtement & textiles du monde”. Présentés d’une manière magistrale, les vêtements teints à l’indigo nous font voyager dans le monde entier et nous permettent de comprendre à quel point le textile est si souvent le moyen qu’ont les simples gens d’embellir leur quotidien et de développer leur créativité.

Jupe plissée

Une pensée émue vers ces robes palestiniennes ou yéménites qui ont non seulement disparues, mais que plus personnes ne pourra jamais refaire, le chaos et les conflits à répétition ayant éradiqué ces richesses. Un immense bravo à Catherine Legrand, collectionneuse passionnée, qui nous fait partager son privilège de voyageuse dans de fréquentes expositions ainsi que dans sa remarquable bibliographie.

Ne passant pas très loin d’Aubusson, j’ai déambulé dans les ruelles et visité le Musée de la tapisserie, la maison du tapissier et l’atelier des cartons de tapisserie. C’est un monde à part qui s’est offert à mes yeux. Y’a pas, tisserande ou licière, ce sont deux états d’esprit bien différents. Là encore, un guide passionné a su nous faire rester pas moins d’une demi-heure devant une tapisserie phare du musée, ”Verdure à feuilles de choux”, en nous offrant une leçon d’histoire, une leçon de tapisserie et une étude sociologique… Quelques pièces modernes – comme la tapisserie de Matthieu Mercier – Corde Pixels – sont tout simplement à vous couper le souffle.

Surtout lorsque l’on découvre les détails… Impressionnant

Et puis, la filature Fonty n’étant pas si loin, ce fut l’occasion pour moi de les rencontrer en direct, et de remplir mon coffre de pelotes de laine. Chance que nous ayons encore quelques fils fabriqués en France !!! Zéphir, BB Mérinos, j’ai écumé les stocks de ces deux gammes de laine souvent demandées à l’atelier d’ARTissage.

Lors d’un précédent voyage, j’avais pu aller voir à Lodève la Manufacture nationale de tapis de la Savonnerie. Cet atelier se visite parfois, mais sur rendez-vous seulement. Observer ces femmes travailler devant leur métier haute lice et admirer des tapis tout juste terminés procurent une immense joie et une grande fierté.

La Savonnerie de Lodève - Du modèle au tapis

L’Art Textile existe bel et bien en France !  Voila des visites à rajouter à votre liste des envies…