• fr
  • en

Blog

Enroulage de la chaîne sur l'ensouple arrière

Oh ben ça alors !

12 août 2019 -
J’ai demandé à deux débutantes participant au stage du 21 au 26 juillet 2019 ce qui les avait le plus surprises, étonnées, troublées lors de cette cession de découverte pour elles du tissage tel que je l’enseigne. Voici leurs réponses.
Prune, de Strasbourg, graphiste
« J’ai été surprise par la durée d’installation de la chaine et par tous les calculs préalables. Je ne pensais pas que ce serait si long. Je préfère tisser que monter la chaîne. Mais je ne me rendais pas compte de tout ce que l’on peut faire, et qu’il y avait autant de possibilités. 
 
C’est très bien qu’il y ait plusieurs niveaux parmi les stagiaires et plusieurs projets menés en parallèle, ça donne des idées, ça ouvre des perspectives.
 
Et puis j’ai adoré découvrir tous les fils que Betty a dans son atelier, c’est trop beau !

 

 Un montage de chaîne attentionné

Un montage de chaîne attentionné

Stéphanie, de Vallères (37), monitrice d’équitation
«C’est le fait de voir apparaitre des motifs si différents avec si peu de changements. Je suis contente que la maitrise de la technique permette cela : la recherche des motifs. 
 
Bien sûr il y a les calculs préalables, le rapport au math, mais pour moi c’est logique, ça me parle bien et je trouve ça vraiment intéressant. Tout est carré, par étapes bien segmentées, c’est rassurant. 
 
La première journée est difficile, je n’imaginais pas qu’il faille penser à tout cela pour construire un projet. Mais maintenant je sais le faire, j’ai la méthode pour atteindre mon objectif en allant du point A au point B.
 
Je voudrais que la fluidité de mon tissage corresponde un jour à la légèreté qu’on ressent en équitation artistique. Moi je fais de l’art équestre, du dressage, et bien là c’est pareil : il faut beaucoup de technique pour arriver à être créatif et obtenir ce que l’on souhaite.» 
 Un enlissage d'une sélection de chevrons

Un enlissage d’une sélection de chevrons

Merci à Prune et Stéphanie d’avoir partagé leur ressenti.
J’ajoute une petite anecdote édifiante : Pétra, d’Annecy, m’a demandé durant ce stage une technique que je n’avais pas pratiqué depuis 15 ans : le tri de fils sur le double tissage. J’ai repris mes notes dans mes cahiers de l’époque et – oh miracle ! – j’ai pu répondre aussitôt à sa question. Alors faites comme moi, gardez bien toutes vos notes, c’est précieux !
 Le tri manuel de fils dans un tissage double chaîne

Le tri manuel de fils dans un tissage double chaîne

Je parlerai de cette épisode « Pétra » dans mon livre, en l’illustrant par un schéma que je lui ai demandé de faire. Merci Pétra !!!

 

 Étude

Étude