• fr
  • en

Blog

Prune Thibeaut, une artisserande à l’est

7 février 2021 -

Quand fureter sur internet vous réserve des petites surprises rigolotes

 

Une jolie pochette de Prune, pièce unique

 

Il y a des jours comme ça, où il fait froid bien qu’ensoleillé, où l’amosphère de couvre-feu vous fait renifler un petit fumet de reconfinement qui arrive en douce, où on a juste envie de découvrir ce que des gens font de beau pour se pommader le moral. Alors hop ! On s’élance sur un réseau social aux images avenantes (il y en a plusieurs, moi c’est Pint… , je ne cite pas en entier ; ces gens-là n’ont pas besoin de publicité supplémentaire) et on tape « tisserande ». Parce que, n’est-ce pas, on n’a rien contre les tisserands, mais on aime bien faire de la discrimination positive envers ses consoeurs. Alors clic, re-clic, et on atterrit sur un site qui a l’air sympa (kreamondo.com) et on lit un article sur une jeune tisserande qui a charmé le/la journaliste et qui semble assez sympa elle aussi. Entrée de la jeune première, côté jardin.

Prune et deux jolis coussins

Elle s’appelle Prune Thibeaut, a découvert le tissage récemment, et travaille dans les environs de Strasbourg. La présentation de la demoiselle est alléchante, les photos de ses créations montrent un sens indéniable de la composition et des couleurs. Et puis soudain, au détour d’une phrase, révélation : elle est passée dans les mains de Betty et chante les louanges d’Artissage à Chinon. L’occasion est trop belle ! Par ici, quelques mots sur cette fonceuse qui saute à pieds joints dans sa passion et revendique une démarche de circuit court, de rapport privilégié avec ses clients et de créativité sans frein.

Prune donc, est d’un beau dynamisme. C’est assez évident quand on regarde son cursus : à la suite de ses études de design, c’est assez naturellement qu’elle a glissé vers l’artisanat au détour d’une rencontre fortuite avec le monde du tissage (son chéri lui avait fabriqué un cadre à tisser). Avec un petit détour chez Betty, elle s’est perfectionnée, ce qui a confirmé sa passion. Et depuis, avec un bel élan qui force respect et admiration, elle taille une belle route : présente sur les réseaux sociaux, où elle se montre joyeuse et didactique, elle vend ses créations sur son site (https://www.prunethibeaut.com/). Elle a aussi créé une ligne de produits pour une autre plateforme de vente artisanale éco responsable et design (https://cureor.com/). Et comme tout le monde, touchée dans son activité par la pandémie et son cortège de mesures gouvernementales, elle se bat pour pouvoir exister quand même. Ca donne encore une autre initiative, l’élaboration d’un site de vente partagée avec d’autres créatrices pour pallier à l’absence des marchés de Noël de cette année (https://www.lemarchedesalsaciennes.com/). Qui dit mieux ?

Un autre coussin : le graphisme est éclatant, les couleurs pimpantes et la texture moelleuse invitent à venir s’asseoir

Les créations de Prune sont ludiques et colorées, attirantes car elles ont le charme de la pièce unique et de l’appartenance à un univers graphique et équilibré entre couleurs et textures. Que du bonheur. On voit à les regarder que la demoiselle a le goût de l’exigence et de la qualité.

Pour conclure, je vous inviterai à aller faire un tour sur tous les sites cités ci-dessus. Les temps sont un peu moroses. Réchauffons-nous aux feux des belles énergies et initiatives louables !

Margodric (tous crédits photographiques à Prune Thibeaut elle-même)