• fr
  • en

Blog

Covid Télétissage atelier

Tisser au temps du confinement

1 juin 2020 -

Je ne résiste pas au plaisir de vous faire suivre le magnifique témoignage de Marion sur ce que cela a été de tisser au temps du confinement.

Betty

 

« Voilà plus d’un mois que la moitié du monde a dû mettre sa vie sur d’autres rails. En France comme ailleurs, nous restons cloîtrés quand nous le pouvons. Pour ceux qui comme moi travaillent à domicile, le bouleversement quotidien intervient dans le téléscopage des restrictions (limitation des interactions sociales, distanciation, sorties dérogatoires) avec les obligations créées par la fermeture des écoles (entre autres!). Vous l’aurez compris, j’ai un petit garçon (10 ans), et ça me complique la vie tissante.

Devoirs et leçons à la maison, sollicitation permanente, ménage, lessive, jeux variés, lutte contre les écrans omniprésents (hélàs!), cuisine surtout, il ne me reste finalement pas beaucoup d ‘espace personnel de respiration. Alors quand je m’éclipse sur un « J’vais dans mon atelier !» un peu lapidaire parfois, bonheur. J’y retrouve du silence, mes fils et mon métier, mes aiguilles, et les dix mille projets en attente qui se tiennent en embuscade dans tous les coins. Là, pour ne rien vous cacher, j’ai enfin fait la peau à une paire de rideaux occultants qui sont destinés aux fenêtres de ma chambre et qui patientaient depuis septembre … Mais bon, ce n’est pas ça qui constitue le sel de ma production textile. Je tisse, aussi.

Pour me permettre de travailler, je me fixe des objectifs. Je sors des pelotes pour imaginer le meilleur moyen d’en tirer parti. Je sors des livres techniques et je mets des papillons sur les pages qui m’attirent. Et je surfe frénétiquement sur Pinterest ! Et puis, il y a le samedi.

 

Séance de Télé Tissage en visioconférence

Séance de Télé Tissage en visioconférence

Qu’est-ce qui se passe le samedi ? Ben ya Betty. Même pas peur : Skype, Messenger, what’s app, tout est bon pour rester à la disposition de toutes les artisserandes que nous sommes. Et j’en use à fond ! Je lui saute sur le poil directement après le repas. Et hop : discussion concentrée, sur les densités, le choix des couleurs, mais aussi les nouvelles familiales. Pour ma part, je ne lui fais pas trop faire de contorsions (il paraît qu’elle a un numéro très au point sur le noeud de cabestan mais j’attends qu’elle le peaufine avant de le lui demander!). Le plus acrobatique c’est de montrer mes échantillons par écran interposé : « Lève un peu ton tissage devant la caméra… Non, moins ! Là. Approche, non recule, non … Flûte, on ne voit pas bien. » Finalement, en décrivant précisément, on arrive à quelquechose. Et on rigole de nos tâtonnements informatiques, aussi.

Tout ça pour dire que cette manière-là de tisser en bonne compagnie est sympa, mais bon, ça ne remplace pas les vrais ateliers à ARTissage. Vivement le mois de mai, malgré toutes les modalités en suspens pour le déconfinement. Là, j’ai envie de faire des jeux de mots nuls sur la déconfiture, mais je vais m’abstenir, vous n’avez pas mérité ça.

À bientôt les ARTisserandes.

Marion »

L'écran de mon ordinateur pendant un atelier en visioconférence

L’écran de mon ordinateur pendant un atelier en visioconférence. Marion est en bas à gauche.